974 DécO

974 DécO

Tutoriels by 974 DécO

Tutoriels réalisés par 974 DécO sur la technique du craquelé & du Décopatch.

(Egalement disponibles en .pdf)


La technique du craquelé

http://static.blog4ever.com/2010/10/445366/artfichier_445366_694074_201203281936942.png

Version PDF disponible

 

Cette technique consiste à donner un aspect fissuré, craquelé voire vieilli à un support choisi. Il existe différentes techniques de craquelé. Je vous propose la technique dite classique avec pour tout matériel : pinceaux, peinture(s) acrylique(s) et un médium à craqueler. 

 http://static.blog4ever.com/2010/10/445366/artfichier_445366_692685_201203282054217.gifLe médium à craqueler se présente sous la forme d’un seul et unique produit ! Chez certaines marques, on peut le trouver sous l’appellation vernis craqueleur.

 

Pour ce qui est du médium, il est bon de savoir que selon les marques, il peut être plus ou moins liquide. Un médium très épais sera d’autant plus difficile à poser. De mon expérience, le pinceau fait la différence. Pour appliquer le médium, il faut utiliser un pinceau brosse, souple, large et bien propre.

La peinture acrylique, comme son nom l’indique, et le médium sont des produits à base d’eau. Il est donc recommandé de préférer un support qui ne craint pas ce genre de produits. [Un papier ou un type de carton devra donc être assez épais pour supporter la peinture acrylique. Sachez que, par exemple, une photo ne craint pas la peinture acrylique]

Pour le choix des couleurs, libre à vous, selon vos envies ! La première couche de peinture donnera la couleur des craquelures et la seconde couche celle de la couleur dominante. C’est cette dernière qui craque et qui laisse apparaître les fissures dessous. En règle générale et pour un aspect vieilli (l’idée première du craquelé), on préconise deux couleurs contrastées [bleu clair/foncé] mais on peut il faut oser l’opposition marquée avec deux couleurs complémentaires [diamétralement opposées sur le cercle chromatique ci-dessous].

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nuancier animé pour vous aider à accorder les couleurs.

On peut trouver ce petit outil sur le site : http://colorschemedesigner.com/

 

Pour commencer, il faut que votre support soit propre et sec pour accueillir la première couche de peinture acrylique. Eventuellement, préparer le support avec un ponçage et de l’apprêt (pour un meuble par exemple). 

 

1ère étape :

Avant de peindre, il faut « évaluer » votre peinture. Si elle est bien couvrante, pas de soucis. Dans le cas contraire, soit vous décidez de passer deux couches soit vous peignez d’abord votre support en blanc.  Peignez et laissez sécher ! Ne soyez pas trop inquiets pour cette étape cette couche de peinture donnera la couleur des fissures et sera, pour cela, recouverte d’une autre couche de peinture. 

 

http://static.blog4ever.com/2010/10/445366/artfichier_445366_692685_201203282054217.gifPour les impatients, le séchage peut être accéléré avec un sèche-cheveux !

 

Il est même possible de ne pas mettre de première couche de peinture si on veut avoir le support en couleur de fond.  C’est-à-dire que les fissures seront de la couleur du support (ex : du bois noir).

 

2ième étape :

Une fois la peinture sèche, appliquez le médium à craqueler. Il est préférable d’appliquer le médium toujours dans le même sens. Laissez sécher le médium, mais il faut qu’il soit encore un peu collant. Plus votre couche de médium sera épaisse, plus les craquelures seront larges et inversement, les craquelures seront étroites si la couche de médium est fine (mais couvrant quand même). D’où la nécessité d’avoir un pinceau brosse qui facilitera la pose régulière. Effectivement, essayez d’être régulier pour ne pas faire de petits pâtés. Pour cela, allez-y d’un trait sur la longueur.

                               

http://static.blog4ever.com/2010/10/445366/artfichier_445366_692685_201203282054217.gifPour les impatients, le séchage peut être accéléré au sèche-cheveux

                                                   (Position froide !).

 

 

3ième étape :

Cette étape est la plus délicate et déterminante. Vous allez maintenant passer la couche de peinture n°2. 

Une règle d’or : ne jamais repasser deux fois le pinceau au même endroit. L’effet produit entre le vernis et la peinture est immédiat, à savoir qu’on voit aussitôt apparaître les craquelures se former. Si on repasse sur une zone qui a déjà reçue de la peinture, on annule l’effet de craquelure. Ça ne craquèlera pas à cet endroit !

 

 

C’est pour cela que la peinture doit être bien couvrante et se tendre facilement (ni trop épaisse, ni trop diluée). Si le support le permet, chargez bien le pinceau de peinture de façon à pouvoir aller d’un bout à l’autre du support en un seul passage. Attention tout de même à ne pas faire un gros pâté au démarrage. Si le support est trop large pour permettre un seul passage, arrêtez l’application à un endroit précis. A la reprise, faites attention à ne pas trop chevaucher sur la peinture déjà appliquée.

On applique toujours la peinture dans le même sens (horizontalement, verticalement ou en diagonale). Les craquelures se forment dans le sens d’application de la peinture. Cette application donne un résultat linéaire au niveau des craquelures. On peut s’amuser à tapoter la peinture avec le pinceau pour un résultat moins homogène et dans tous les sens. On peut également tapoter avec une éponge en mousse. Sur une grande surface, cette méthode permettra d'avoir un résultat plus régulier sans traces de reprise. Le seul impératif reste toujours de veiller à ne pas chevaucher les touches de peintures précédentes.

 

 

   Craquelures horizontales     Craquelures verticales       Craquelures diagonales

 

Lorsque l’on débute dans la technique du craquelé, le moment le plus magique est celui où on voit apparaître les fissures avec un regard émerveillé. Pour autant, on n’a aucune idée du résultat final ! Le craquelé est difficile à rater, dans le sens où les craquelures se forment toujours plus ou moins. Il faudra quand même plusieurs essais pour maîtriser et arriver au résultat souhaité. Si par malheur, le résultat ne vous plait pas, vous pouvez tout reponcer pour tout recommencer !

Le craquelage est quasi instantané ! Il est donc important de savoir que les fissures qui se forment dépendent de l'humidité, de la chaleur de votre pièce. D’ailleurs, par temps froid et humide, le craquelé a du mal à se former. La taille des craquelures dépendra également de l’épaisseur du vernis et/ou des peintures utilisées(e)s. Il y a donc plusieurs critères qui font que vous obtiendrez des résultats très différents. Et c’est ça aussi la magie du craquelé !

 

   Pensez à vernir votre création finale pour une durée dans le temps !

 

Les réalisations avec la technique du craquelé sont étendus. On peut ensuite décorer le support (rubans, boutons, fleurs…), donner un effet vieilli à un tableau, faire du serviettage par-dessus…

 

Pour ma part, je reste très soft dans l’utilisation de cette technique. Mes principaux supports sont des lettres et des cadres pour Home déco.

 

Pas de première couche de peinture, support blanc brut dessous. Peinture acrylique vert-pomme. Les craquelures sont plutôt fines.

 

  

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

Peinture acrylique vert anis dessous. Peinture acrylique fuchsia dessus. Craquelures fines obtenues grâce au fait que la surface était petite. Du coup je n’ai pas chargé le pinceau et bien étalé mon médium. 

 

 

 

Home Déco Lettre décorative Rose&vert

 

 

 

 

 

 

 

  

 

Peinture noire dessous. Peinture rouge dessus. Craquelures épaisses et quasi-inexistantes. Cela est ici peut-être dû au médium mais surtout à la peinture. C’est bien de la peinture acrylique, mais monocouche pour les murs intérieurs. La peinture étant très épaisse à l’origine, j’aurai du la diluer. Mais comme je vous l’ai dit, ça n’empêche pas d’avoir un style.

 

Album accordéon scrapbooking en cadre "Rouge&Noir"

 

 

 

 

Peinture acrylique vert anis dessous. Peinture acrylique chocolat dessus. Là aussi, la peinture chocolat est une monocouche pour murs d’intérieurs mais j’ai pris soin de ne pas charger le pinceau. Voyez également la différence de taille des craquelures au centre et sur les bords due à la fine ou épaisse couche de médium.

 

 

Accroche - torchons

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 


16/09/2011
3 Poster un commentaire

La technique du Décopatch®

 http://static.blog4ever.com/2010/10/445366/artfichier_445366_694074_201203281936942.png

Version PDF disponible

 

Je viens par cet article vous parlez de mes débuts! J’ai découvert ma passion pour les loisirs créatifs en débutant avec du papier Décopatch®.

Décopatch® est une marque pour certains produits de loisirs créatifs comme des objets en bois à décorer de toutes formes, des pinceaux, des feuilles de papier, de la colle…etc.


Force est de constater que la marque est entrée dans le langage courant et qu’il se conjugue ! Décopatcher consiste à recouvrir n’importe quelle surface (bois, métal, céramique, osier, tissu, carton) d’une feuille de papier à l’aide de colle et d’un vernis. Cette feuille de papier Décopatch® est assez particulière. C’est une feuille fine, assez transparente et  très légère. Elle a un rendu lisse et vernissé. Il existe une multitude de motifs et de couleur pour le plus grand plaisir de tous ! Parfois coordonnées, les feuilles de Décopatch® se veulent tendance. Sur le site décopatch.com, vous pouvez retrouver les collections de papiers par couleurs, par numéro de référence, et par catégorie (fleurs, animaux, ethnique, noël…)


Le site ideartshop.com propose plus de 240 modèles. Voici quelques motifs :

Techniquement, décopatcher c’est le fait de coller du papier sur un support dans le but de le décorer.

Petite astuce : Etant donné que la feuille est assez transparente, lorsque le support est en bois, ou d’une couleur foncée, il est préférable de la sous-coucher de blanc pour que le motif de la feuille ressorte mieux !

 

Pour décopatcher, il vous faut du vernis-colle Décopatch®. A l’aide d’un pinceau, passez d’abord une couche de vernis colle sur la surface que vous souhaitez recouvrir. Ensuite, posez le papier sur la partie encollée en passant dessus le pinceau enduit de vernis-colle, du centre vers l’extérieur pour chasser l’air. Faites attention à ne pas trop mettre de vernis colle non plus !

 

Selon l’effet recherché et/ou le motif de la feuille, vous pouvez:

- soit déchirer à la main des petits bouts de papier uniformes et les coller au fur et à mesure en les faisant chevaucher les uns sur les autres,

- soit découper au ciseau une ou plusieurs parties du papier qui vous intéresse et les coller les unes à côté des autres

- ou même de coller intégralement la feuille. Dans ce dernier cas, il faut faire attention aux bulles d’air qui peuvent se former. Le mieux est de commencer à poser la feuille dans un coin et tapoter doucement à l’aide d’un chiffon jusqu’à pose complète. Je me suis essayé au « marouflage », mais le vernis-colle attendrit la feuille qui se déchire facilement…

 

Quand le support est complètement recouvert, repassez une fine couche uniforme de vernis-colle qui protègera le tout. A noter que le vernis-colle peut avoir une couleur blanchâtre qui devient tout à fait transparente au séchage et qui donne un aspect vitrifié. Cependant, dans le cas où l’objet sera d’une utilité fréquente et sera manipulé (comme des chaises, un meuble, un vase, une bouteille…) il est recommandé de repasser, après séchage totale de l’objet, une ou plusieurs couches de vitrificateur Décopatch®. Enfin, n’hésitez pas à rajouter quelques accessoires de décoration pour embellir l’objet : coller quelques strass ici et là, des fleurs en papiers, des rubans…ou par exemple repasser un trait du motif au liner pour un effet relief ! 

 

Le vernis-colle est une colle d'exception, étudiée pour les besoins du papier décopatch. Il étire le papier en séchant, et rend les couleurs plus éclatantes. Une fois sec, il crée un film transparent, brillant, non poisseux et résistant à l'eau. Il est à base d'eau et sans danger pour les enfants.

  

 

Le vernis vitrificateur est un fixateur protecteur, qui assure la perennité de vos onjets décorés? Il est en phase aqueuse, sans odeur, respecte l'environnement et une fois sec peut être au contact d'aliment.

 

http://www.decopatch.com

 

 

Il existe dans le commerce beaucoup de supports en papier mâché de toutes formes et de toutes tailles, qui peuvent être décopatcher : des animaux, des lettres, des chiffres, des masques, des paniers, des boîtes, des cadres, des miroirs, des boules de noël… Le site vous propose même des idées créatives avec les références de papiers à utiliser !

Photos: http://www.decopatch.com/

 

Plus étonnant, on peut décopatcher sur des meubles, des portes, des chaises, des téléphones, des ordinateurs, des carnets, des vases, des bouteilles… A bien y réfléchir je crois qu’on peut absolument tout décopatcher !!  Il vous suffit de jeter un œil sur la galerie photos du site pour comprendre que certains sont allés jusqu’à décopatcher la voiture ou le vélo, le frigo, l‘abattant des toilettes, l’échelle, toute une cuisine, le balai, la chaise en plastique de jardin que tout le monde connait :)

 

Je vous donne un petit aperçu :

Photos: http://www.decopatch.com/

 

J'espère que mon article vous a plu et qu'il vous a donné des idées! A vous de jouer!

Vous pouvez jeter un oeil sur mes réalisations dans l'onglet "Créations Décopatch®" à gauche :)


11/05/2011
6 Poster un commentaire

Recherche

Vous recherchez ? :